Allocution de l’Ambassadeur à l’occasion de la Conférence du Prof. de Lumley sur l’"Homme de Denizli” à l’Université d’Ankara, le 15 mars 2015 [tr]

Monsieur le Recteur,
Mesdames et Messieurs les Doyens et Directeurs des départements d’archéologie de la Faculté des langues, de géographie et d’histoire.
Mesdames et Messieurs,

C’est un plaisir pour moi d’être parmi vous aujourd’hui. L’université d’Ankara, avec celle d’Istanbul, fut pionnière dans la recherche en archéologie en Turquie.

Votre présence, Madame Yalçınkaya, Monsieur de Lumley, Mesdames et Messieurs, témoigne de l’excellence de la tradition de collaboration scientifique entre la Turquie et la France. L’université d’Ankara en particulier et l’Institut national de paléontologie de la Fondation Albert 1er Prince de Monaco, composante du Museum national d’histoire naturelle, conforte la continuité de cette coopération. Je remercie toutes les institutions ici présentes qui se sont investies dans ce projet.

La découverte de l’Homme de Denizli et les recherches que vos équipes ont effectuées sur les vestiges du crâne de l’Homo Erectus sont majeures à plus d’un titre :

- L’Homme de Denizli confirme l’importance géographique de la plaque anatolienne en préhistoire et dans l’évolution humaine. Depuis plus d’un million d’années, la plaque anatolienne est un trait d’union entre les continents africains africain, européens européen et asiatiques asiatique.

- Vos découvertes apportent de nouveaux éléments de compréhension non seulement à l’évolution du peuplement de l’Europe, mais aussi à celle climatique et environnementale.

- Vos recherches tentent de montrer que, durant le Paléolithique, l’évolution humaine n’est pas linéaire. Et vous apportez de nouveaux éléments de la coexistence sur plusieurs continents, et au même moment, de l’Homo Erectus. Vous contribuez ainsi à transformer la vision trop largement répandue auprès du grand public, d’une évolution continue nous conduisant de l’Australopithèque à l’Homo Sapiens que nous sommes.

Ces découvertes résultent d’un travail scientifique précis, mais aussi d’un travail d’équipe, se construisant dans la durée et la confiance entre chercheurs français et turcs.

Je tiens à vous assurer que les services de l’Ambassade de France appuyés par l’Institut Français d’Etudes Anatoliennes seront demain, comme hier, à vos côtés pour faire vivre cette coopération et faire progresser nos connaissances sur l’évolution humaine.

Je vous remercie.

Dernière modification : 13/03/2015

Haut de page