Allocution de l’Ambassadeur à l’occasion de la cérémonie de remise d’insignes dans l’ordre national du mérite et dans l’ordre du mérite agricole, le 22 octobre 2012 [tr]

Allocution de l’Ambassadeur à l’occasion de la cérémonie de remise d’insignes dans l’ordre national du mérite et dans l’ordre du mérite agricole, le 22 octobre 2012

Mesdames et messieurs,

Chers amis,

Nous sommes réunis ce soir pour rendre hommage à quatre personnalités d’exception qui ont en commun d’avoir été des défenseurs inlassables de la coopération et de l’amitié franco-turque.

Le premier d’entre eux vous est familier. Il est un monument de l’Ambassade de France à Ankara où il sert depuis 35 ans. Vous avez reconnu Hamza BOZADA.

Mon cher Hamza,

Il est difficile d’imaginer l’Ambassade de France sans votre amicale présence. C’est en 1977 que vous avez commencé votre brillante carrière au service économique. Vous avez d’abord été responsable des projets importants financés par la COFACE et des protocoles financiers, avant de contribuer à la création, en 1989, du Comité Agricole franco-turc.

Votre rôle éminent dans le renforcement de la coopération franco-turc dans le secteur agricole, votre expertise, comme vos talents de négociateur vous ont valu d’être fait Chevalier de l’Ordre du Mérite Agricole en 1995, puis Chevalier dans l’Ordre National du Mérite en 2010.

Mon épouse et moi-même avons eu le plaisir de vous rencontrer il ya un peu plus de quinze ans et nous n’avons jamais oublié la gentillesse dont vous avait fait preuve à notre égard, votre droiture et votre engagement au service de l’amitié et de la coopération franco-turque.

Autant dire qu’il ne sera pas aisé de vous succéder et je tiens à vous remercier d’avoir bien voulu accepter de retarder votre départ en retraite de quelques semaines pour permettre à Pierre Autissier, conseiller pour les affaires agricoles, de prendre ses fonctions dans les meilleurs conditions.

Mon cher Hamza,

Je sais que vous souhaitez désormais consacrer plus de temps à votre famille, à Dilek bien sûr mais également à votre petit fils, Yagiz, avec qui vous avez prévu de partager vos passions nombreuses notamment pour la culture sous toutes ses formes.

Au moment où votre vie prend un nouveau départ. Avec vos amis ici présents, nous vous souhaitons beaucoup de bonheur.
Sachez que cette maison sera toujours la vôtre.

Mesdames et Messieurs,

Je vais procéder maintenant à la remise des insignes d’Officier dans l’Ordre National du Mérite à M. Süreyya SERDENGEÇTI.

Monsieur le Gouverneur,

Conformément à la tradition permettez-moi de rappeler en quelques mots votre parcours professionnel.

Vous êtes né à Istanbul en 1952. Après des études brillantes au lycée de Galatasaray, vous avez rejoint Ankara où vous serez diplômé en économie, en 1979, de la prestigieuse Université Technique du Moyen Orient.

Vous intégrez la Banque Centrale de Turquie. En 1984, vous préparez un master d’économie à l’Université de Vanderbilt aux Etats-Unis. En 1986, vous revenez à la Banque Centrale de Turquie pour gérer les réserves en devises de la Turquie.

En 1994, vous devenez secrétaire général adjoint et porte-parole de la Banque, puis directeur général adjoint des relations extérieures. En 1996, vous êtes nommé directeur général des marchés monétaires, puis en 1998, vice-gouverneur de la Banque.

En 2001, lors de la crise économique majeure qu’a connue la Turquie le gouvernement turc vous demande d’assumer les fonctions de Gouverneur de la Banque Centrale de Turquie.

Il n’est pas exagéré de dire que vos efforts conjugués à ceux de Kemal DERVIŞ, alors Ministre d’Etat chargé de l’économie, ont été décisifs pour la gestion de cette crise financière. En restaurant la confiance des investisseurs et des institutions multilatérales, vous avez permis à l’économie turque de renouer avec la croissance.

Vous êtes également, Monsieur le Gouverneur, celui qui, le 1er janvier 2005, a introduit la nouvelle livre turque en divisant l’ancienne livre turque par un million.

Vous avez accepté en 2006 de prendre la présidence de l’Institut de stabilité économique.

Monsieur le gouverneur,

Tout au long de votre carrière, vous avez en outre toujours accordé une attention bienveillante à la relation entre la Turquie et France, et contribué ainsi au renforcement des relations économiques entre nos deux pays.

Pour l’ensemble de ces raisons, Süreyya SERDENGEÇTI, au nom du Président de la République, nous vous remettons les insignes d’Officier dans l’Ordre national du Mérite.

Mesdames et Messieurs,

Nous allons maintenant évoquer la contribution à l’amitié et à la coopération franco-turque dans le domaine agricole de deux personnalités exceptionnelles.

M. Erdal Celal SUMAYTAOĞLU tout d’abord

Diplômé de droit à l’Université d’Ankara vous débutez votre carrière dans les services juridiques de la Şekerbank à partir de 1997.
Puis vous partez au Royaume Uni en 2001 afin de parfaire vos connaissances juridiques à travers l’obtention d’une maitrise sur le droit à l’Université de Chester.

De retour en Turquie, vous intégrez la Ziraat Bankası au sein de son service juridique.

En 2006, vous êtes nommé conseiller juridique au Ministère chargé de l’agriculture, puis sous-secrétaire d’Etat adjoint et enfin directeur général des relations internationales.

En 2011, vous devenez vice-président des hauts commissionnaires puis directeur général des services de conseil et d’inspection.

Au-delà de la reconnaissance de votre action au service de l’agriculture turc, la France souhaite ce soir rendre hommage à votre contribution précieuse à la réussite du G20 Agricole organisé par la France en 2011.

En 2011, pendant plus de 6 mois, 20 pays, dont la France et la Turquie, ont réfléchi aux questions alimentaires mondiales. Ils se sont entendus sur la nécessité d’anticiper la question d’avoir à alimenter, de façon correcte, une population mondiale qui devrait atteindre le chiffre de 9 milliards d’individus d’ici 2050.

Anticiper l’avenir, cela veut dire lutter contre la volatilité des prix des matières premières agricoles, organiser un réseau mondial de surveillance des stocks, en particulier de céréales, promouvoir la recherche et l’innovation et organiser leur transfert à la société civile.

M. SUMAYTAOĞLU, vous avez été au cœur de cette réflexion et contribué à l’adoption de ces décisions si importantes pour l’avenir. La France vous en est reconnaissante.

Aussi, Erdal Celal SUMAYTAOĞLU, au nom du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, nous vous remettons les insignes de Chevalier dans l’Ordre du Mérite agricole.

Je vais évoquer maintenant la carrière de M. Yavuz BATUR

Cher Yavuz Batur,

Après des études secondaires au lycée Saint-Joseph d’Istanbul, vous partez, en 1971, étudier en Belgique, où vous obtiendrez le diplôme d’ingénieur chimiste à la très célèbre Université catholique de Louvain.

L’atmosphère chaleureuse de la capitale belge a dû vous séduire puisque vous vous y mariez en 1977.

De retour en Turquie, vous suivez un master de gestion à l’Université d’Istanbul. Vous reprenez l’entreprise familiale de transports routiers, avant de vous associer à la société de semences Vilmorin en 1984.

Pour les non spécialistes, je rappellerai que Vilmorin fait partie du groupe semencier LIMAGRAIN, 5ème groupe mondial avec un chiffre d’affaires de 1 Milliard d’euros.

Cette association aboutit en 1986 à la création de la société Anadolu Tohum Üretim ve Pazarlama qui va devenir la première de Turquie dans son domaine.

Vous avez souhaité partager votre savoir aux agriculteurs en créant votre propre centre de recherche et de développement. Vous avez eu en permanence le souci de fournir des semences de qualité à faible prix aux agriculteurs.

Par ailleurs, vous êtes élu président de l’Association turque des producteurs de semences que vous avez organisez sur le modèle du Groupement national interprofessionnel des semences (GNIS) français.

Votre respect des règles du commerce international et de la propriété intellectuelle, a permis à la Turquie d’entrer dans l’Organisation mondiale de la protection des droits d’obtention. (UPOV).

M. Yavuz BATUR, pour votre parcours exemplaire, pour votre contribution à l’amitié franco-turque, au nom du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, nous vous remettons les insignes de Chevalier dans l’Ordre du Mérite agricole.

Dernière modification : 30/10/2012

Haut de page