Allocution de l’Ambassadeur à l’occasion de la visite de M. Christian LERMINIAUX, Président de la CDEFI [tr]

Messieurs les Recteurs,
Monsieur le Président de la Conférence,
Monsieur le Président (du teknokent de METU)
Mesdames et Messieurs les Doyens et Chefs de département,
Mesdames et Messieurs,

C’est un plaisir pour moi de vous accueillir à la Résidence de France à l’occasion de la venue de la délégation de la Conférence des Directeurs des Ecoles françaises d’ingénieurs qui représente plus de deux cents écoles parmi les plus prestigieuses : l’école polytechnique, les écoles des Mines, les écoles centrales.

Notre pays est connu pour son art de vivre, son industrie du luxe ou sa tradition culinaire. Le diplôme d’ingénieur fait aussi partie de cette tradition d’excellence française. Depuis plus de deux cents ans, il est la voie royale des capitaines d’industrie et des chefs d’entreprises. Le modèle du diplôme d’ingénieur français est reconnu et s’exporte si bien que la Chine l’a adopté, ainsi que d’autres pays européens comme l’Italie et l’Espagne. Chaque année, plus de 32 000 jeunes deviennent des ingénieurs en France, 25% sont des jeunes femmes et 20% des étudiants étrangers.

Votre présence et celle de votre délégation témoigne de l’intérêt porté par les directeurs des écoles d’ingénieurs françaises à la Turquie. La Turquie s’est engagée avec conviction dans la formation des ingénieurs. Elle donne aujourd’hui une priorité aux sciences appliquées et aux technologies. Elle cherche aussi à renforcer les liens entre les différents acteurs de la R&D qu’ils soient privés ou publics.

Les universités turques sont au cœur de cette démarche. Elles participent à plus de 45% des dépenses nationales en R&D, notamment grâce aux 37 teknokents, équivalents de nos pôles de compétitivité français, qu’elles hébergent. Je tiens d’ailleurs à saluer la présence du teknokent de METU qui figure avec celui de Bilkent parmi les meilleurs.

Cette première visite témoigne de notre volonté commune de construire des relations académiques solides dans le domaine de l’ingénierie. Je forme le vœu que les échanges de ce jour posent les bases de partenariats fructueux.

Sachez que vous pourrez toujours compter sur le service de coopération et d’action culturelle et sur Campus France, vecteur de la mobilité étudiante entre nos deux pays, pour vous aider dans cette démarche.

Je vous remercie.

Dernière modification : 18/11/2014

Haut de page