Discours de l’Ambassadeur à l’occasion de la « 100ème d’Aujourd’hui la Turquie », le 4 octobre 2013, Istanbul [tr]

Messieurs les Consuls généraux,

M. le Directeur du journal Aujourd’hui la Turquie, Hüseyin LATIF

Murat YALÇINTAS, ancien président de la Chambre de Commerce d’Istanbul,

Jean Jacques PAUl, vice président de l’Université de Galatasaray

Yalçin ZAÏM, président du Conseil d’Administration de l’Université Atılım

Mesdames et Messieurs,

Je suis très heureux d’être parmi vous aujourd’hui pour célébrer le 100ème numéro d’ « Aujourd’hui la Turquie » qui fait perdurer une longue tradition de presse francophone et contribue à la diffusion de la francophonie en Turquie et dans le monde.

Car longue est l’histoire de la presse francophone en Turquie. Apparue à l’origine pour informer les marchands levantins, elle se développe d’année en année, jusqu’à la parution du premier périodique politique en 1825, le Spectateur de l’Orient, appelé par la suite le Courrier de Smyrne. Après l’instauration de la République, des titres comme Akşam, Cumhuriyet, Milliyet avaient leurs éditions françaises. Le dernier journal en langue française du XXe siècle à être publié en Turquie sera Le Journal d’Orient, qui connaîtra une exceptionnelle longévité paraissant presque sans discontinuer de 1918 à 1971.

En avril 2005, avec le premier numéro d’Aujourd’hui la Turquie fondé par M. Hüseyin Latif, la presse francophone en Turquie refait son apparition.

Monsieur le Directeur, les personnalités réunies ce soir en l’honneur de votre journal montrent que votre journal est un maillon important de la chaîne d’amitié qui lie la Turquie et la France. Par leur présence, ils rendent aussi hommage à votre courage, à votre volonté et à celle de votre équipe de rédaction qui n’a cessé de porter ce projet avec vous.

« Aujourd’hui la Turquie » contribue également à renforcer les liens au sein de la communauté francophone de Turquie : Français expatriés mais plus largement nos nombreux amis francophones turcs et étrangers, à Istanbul bien sûr, mais également dans l’ensemble du pays. Je tiens à les saluer ici et à les remercier de leur engagement au rapprochement de nos deux pays.

La francophonie, qu’ « Aujourd’hui la Turquie » contribue à faire vivre et à développer, est un enjeu pour le futur des relations franco-tuques, mais aussi de la Turquie avec le monde francophone, notamment en Afrique qui, on l’oublie trop souvent, accueillera en 2050 plus de 500 millions de francophones.

Parler la langue de l’autre, connaître sa culture, l’aimer, sont autant de ponts et d’opportunités que nous devons veiller à entretenir et à développer. C’est pourquoi j’encourage aussi le plus grand nombre de Français à apprendre le turc !

M. le Directeur, mesdames et messieurs les journalistes, je vous remercie pour votre action. Je souhaite longue vie à « Aujourd’hui la Turquie ».

Dernière modification : 08/10/2013

Haut de page