Discours de l’Ambassadeur à l’occasion de la remise de la Légion d’honneur à M. Eczacıbaşı (11 novembre 2014) [tr]

M. le Président, Cher Bülent’Bey,
Mesdames, Messieurs,
Chers amis,

Merci à toutes et à tous d’être présents aujourd’hui dans ce Palais, symbole de la longue et riche présence française en Turquie.

Ce soir la République honore une grande personnalité turque qu’elle est fière de compter au nombre de ses amis.

Cher Bülent, conformément à la tradition, permettez-moi tout d’abord de rappeler en quelques mots votre parcours :

Vous êtes né à Istanbul en 1949. Diplômé de la prestigieuse université américaine MIT (Massasuchetts Institute of Technology) et de l’Imperial College of science and technology de Londres, vous avez débuté votre carrière au sein du groupe fondé par votre père, le regretté Nejat Eczacıbaşı.

Vous avez occupé différents postes de direction au sein d’Eczacıbaşı holding, contribuant activement à la diversification du groupe vers de nouveaux secteurs à travers des marques reconnues telles que VitrA, Selpak ou Kanyon.

Homme d’affaires engagé dans le succès de votre pays, vous avez présidé, au début des années 1990, la TÜSIAD dont votre père était un des membres fondateurs. Vous avez également présidé, pendant huit ans, le Syndicat des Employeurs de l’Industrie pharmaceutique. Vous avez en outre créé et présidé la fondation des études sociales et économiques de Turquie (TESEV).

Au-delà de votre réussite professionnelle, vous êtes également un acteur investi de la vie culturelle de votre pays, à travers notamment la Fondation de la culture et de l’art d’Istanbul (IKSV), que vous présidez depuis 2010, et singulièrement le Musée d’Art moderne d’Istanbul dont vous êtes membre du conseil exécutif.

Cher Bülent’Bey,

Votre histoire, celle de votre famille, se confond avec celle de la Turquie. C’est une histoire comme on n’en voit peu ; une épopée qui a changé la face de la Turquie, particulièrement dans le secteur de la santé, de l’innovation, mais aussi des Arts.

Parti d’une capsule de vitamine, première production d’Eczacıbaşı, vous avez investi de nouveaux marchés avec toujours la même exigence de qualité pour faire aujourd’hui d’Eczacıbaşı une holding de plus de 40 sociétés, employant plus de 12.000 salariés dans le monde. Et dans ce monde, il y a naturellement la France.

On ne le sait peut-être pas assez mais, sous l’enseigne Villeroy & Boch, Eczacıbaşı est l’un des principaux investisseurs turcs en France avec deux sites de production en France, employant plus de 260 personnes. C’est certes peu dans l’immensité du groupe Eczacıbaşı mais nous vous sommes reconnaissants de tous les efforts que vous pourrez mettre en œuvre pour perpétuer et dynamiser l’activité de ces sites.

Votre lien avec la France, vous le cultivez aussi dans le domaine des Arts.

En effet, la fondation IKSV, à la tête de laquelle vous avez succédé, en 2010, à votre oncle Şakir Eczacıbaşı, est l’un des principaux partenaires de l’Institut français de Turquie avec qui elle a notamment contribué au succès de la saison de la Turquie en France, en 2009-2010.

La biennale internationale d’art contemporain, organisé par IKSV, a contribué à inscrire Istanbul, dans le cercle restreint des grands lieux mondiaux de la création et de l’art, mais aussi de contribuer au renforcement au renforcement de nos relations culturelles.

La prochaine biennale d’Istanbul, à l’automne 2015, accueillera ainsi le plasticien Pierre Huyghe et de l’artiste botaniste Patrick Blanc.

Cher Bülent’Bey,

Cette passion de la culture est encore une affaire de famille puisque votre épouse Oya, que je salue chaleureusement, préside le Musée Istanbul Modern qu’elle a créé. Et en vous voyant ensemble, avec vos enfants Emre et Esra, on comprend que vous disiez que votre plus grande réussite est d’avoir fondé, avec votre épouse Oya une famille unie. Une famille unie jusque dans l’ordre de la légion d’honneur dont, situation assez exceptionnelle, vous allez être tous les deux chevaliers…

Je crois savoir que Faust est l’une des œuvres qui vous a le plus inspiré et le plus appris sur la nature humaine : l’ambition, à n’importe quel prix, par n’importe quel moyen, ne mène jamais au bonheur.

La France s’honore de pouvoir compter parmi ses amis un homme pour qui l’honnêteté, l’éthique mais aussi le sens du partage et du progrès sont des valeurs cardinales.

M. Bülent ECZACIBASI nous vous remettons les insignes de Chevalier dans l’Ordre national de la Légion d’Honneur./.

Dernière modification : 17/11/2014

Haut de page