L’Association nationale pour le souvenir des Dardanelles et fronts d’Orient au cimetière militaire français de Seddülbahir (presqu’île de Gallipoli). [tr]

Pour marquer le centenaire de la bataille des Dardanelles à laquelle plus de 100 000 soldats français et coloniaux avaient participé entre mars 1915 et janvier 1916, l’Association nationale pour le souvenir des Dardanelles et fronts d’Orient a organisé une visite des lieux historiques de la presqu’ile de Gallipoli. A cette occasion une cérémonie s’est déroulée au cimetière français de Seddülbahir le lundi 21 septembre matin, en présence de M. Aurélien MAILLET, Consul général adjoint d’Istanbul et du Colonel Rémi GAUVAIN, Attaché de défense à Ankara. Soutenue par les autorités civiles et militaires turques de la région, cette cérémonie a été l’occasion pour Mme Madeleine STOCANNE, fille d’un vétéran des Dardanelles et Présidente de l’Association, de rappeler cet épisode assez méconnu de l’Histoire commune de la France et de la Turquie, et d’honorer le sacrifice de plus de 10 000 soldats et marins – français et coloniaux – qui ont perdu la vie lors de cette campagne.
L’Association nationale pour le souvenir des Dardanelles et fronts d’Orient, créée en 1920 sous l’appellation d’Association des anciens combattants des Dardanelles, s’est donné pour objectif de perpétuer et de promouvoir, de génération en génération, la mémoire des expéditions d’Orient de la première guerre mondiale (Dardanelles, Macédoine-Serbie, Levant). Elle compte aujourd’hui 200 membres dont une trentaine ont fait le déplacement en Turquie cette semaine.
Si beaucoup des soldats n’ont pas trouvé de sépulture, le cimetière français regroupe 2240 tombes individuelles, parmi lesquelles celle de Pierre ANDRE, que ses descendants ont voulu honorer par une plaque commémorative déposée à cette occasion. D’autres ont souhaité se rendre sur les sites mêmes où sont tombés leurs aïeux, à Kerevis Dere et aux alentours.
Depuis sa création en 1930, par regroupement, sur un terrain mis à la disposition de la France par la Turquie, de plusieurs cimetières répartis sur les sites même des combats, ce cimetière accueille chaque année le 24 avril un cérémonie rappelant le début de l’offensive terrestre des Dardanelles. Dans une atmosphère paisible et de recueillement, favorisée par le classement de tout le Sud de la presqu’île en Parc historique national, le cimetière nous rappelle les sacrifices consentis il y a un siècle par tous les combattants des Dardanelles. Ceux-ci nous rappellent également combien la paix reste fragile et quels efforts nous devons faire pour la conserver.

Pour toutes les photos, crédit photographique : Stéphanie Trouillard - Association Nationale pour le Souvenir des Dardanelles et Fronts d’Orient

Dernière modification : 29/09/2015

Haut de page