Réception du lancement des nouvelles publications de l’IFEA [tr]

Allocution de l’Ambassadeur lors la réception du lancement des nouvelles publications de l’IFEA au Palais de France, 2 novembre 2011

Monsieur le Président,
Madame la Directrice,
Mesdames et Messieurs,

L’Institut Français des Etudes Anatoliennes occupe une place particulière dans notre dispositif en Turquie. Depuis 1930, il développe et enrichit les liens des chercheurs français en archéologie et en sciences humaines, avec le monde scientifique et les intellectuels turcs. Il prolonge cinq siècles d’échanges incessants entre nos cultures.

Les activités de l’IFEA ont été particulièrement fécondes ces dernières années. Je suis en particulier heureux que les chercheurs de l’Institut et les universitaires invités, proposent, plusieurs fois par semaine, des séminaires ouverts à tous. Des séminaires qui permettent la présentation des résultats des recherches, mais aussi la confrontation des questionnements dans des domaines aussi divers que l’archéologie, l’histoire ottomane, les sciences politiques ou encore les disciplines de la ville, l’urbanisme et le développement durable.

L’édition est un autre domaine qui a connu des développements importants. La directrice de l’IFEA, Nora Seni, a entrepris une politique éditoriale offensive, avec notamment depuis plusieurs années la traduction du français vers le turc de la production scientifique des chercheurs et des partenaires de l’IFEA.

La politique de traduction s’est aussi exprimée à travers la création de collections en coédition avec des éditeurs turcs dont le recueil des conférences byzantines présenté ce soir, ainsi que par de nombreuses éditions d’ouvrages archéologiques.

Le passage à l’édition électronique va permettre d’accroître encore le rayonnement de l’IFEA. Une sélection d’ouvrages déjà publiés par l’IFEA et numérisée sera mise en ligne avant la fin de l’année. L’IFEA est ainsi en passe de devenir un éditeur incontournable, autant pour l’archéologie, que les sciences humaines et sociales, françaises et turques.

Je sais ce que tous ces succès demandent d’efforts. Aussi, pour conclure, permettez-moi de remercier tous ceux qui contribuent au rayonnement de l’IFEA, et en premier lieu sa directrice, Mme Nora Seni.

Je vous en remercie./.

Dernière modification : 05/07/2012

Haut de page