Remise des insignes de "Commandeur dans l’Ordre national de la Légion d’Honneur" à M. İnan Kıraç, Président de la Fondation d’Education Galatasaray [tr]

Discours de l’Ambassadeur à l’occasion de la remise des insignes de "Commandeur dans l’Ordre national de la Légion d’Honneur" à M. İnan Kıraç, Président de la Fondation d’Education Galatasaray, 4 décembre 2011

Monsieur le Président, Cher Inan Kirac,
Mesdames, Messieurs, chers amis,

C’est un grand plaisir et un honneur pour moi de vous retrouver ce soir au lycée Galatasaray, à l’occasion de son traditionnel « pilav » et de cette cérémonie qui rend hommage au parcours personnel et professionnel d’İnan Kıraç.

L’ordre national de la Légion d’Honneur, créé par Napoléon Bonaparte, est la plus haute distinction française. C’est un symbole fort de l’esprit de la révolution française qui a voulu substituer au privilège de la naissance, la reconnaissance du mérite.

La Légion d’honneur est aussi un ordre conçu par un homme qui avait le sens de l’ordre et de la hiérarchie. Il est donc assez rare qu’un modeste ambassadeur puisse avoir le privilège de remettre les insignes de commandeur de la Légion d’honneur. Devant tous vos amis ici présents, je tiens donc à vous remercier de l’honneur que vous me faites ce soir.

Conformément à la tradition, je voudrais maintenant retracer vos remarquables parcours personnel et professionnel.

Né à Eskişehir en 1937, vous êtes diplômé du fameux lycée Galatasaray qui a apporté une contribution éminente à l’émergence de la Turquie moderne, sur la base d’une formation turco-française, républicaine et laïque.

Après des études en économie à l’Université de Londres, vous épousez Suna Koç. Les liens profonds qui vous unissent et l’immense affection que vous lui portez, ainsi qu’à votre fille Ipek, sont légendaires. C’est aussi un mari, un père et une famille exemplaire que nous honorons ce soir.

Entré dans le groupe Koç, vous en gravissez rapidement tous les échelons, devenant en 1994 le Président du Conseil d’Administration. En 1997, vous choisissez de quitter ce poste et de fonder, avec des collègues proches, le groupe « Kıraça », en partenariat notamment avec Peugeot et Renault.

Vos centres d’intérêt, Monsieur le Président, couvrent également les domaines de l’éducation et de la culture. En 1981, vous créez la « Fondation d’Education Galatasaray », dont vous allez prendre la présidence.

Fidèle aux idéaux du lycée qui vous a formé, vous assignez à la Fondation l’objectif de doter les jeunes gens des savoirs et des outils intellectuels nécessaires pour affronter les défis du XXIème siècle. Dans cet esprit, vous êtes l’un des tout premiers à soutenir le projet de création de l’Université Galatasaray en 1992, l’une des toutes premières de Turquie.

Nous savons pouvoir compter sur votre soutien. La Fondation montre en permanence sa générosité pour ancrer la francophonie à Galatasaray, pour soutenir les lycéens et étudiants méritants, comme leurs établissements. A l’initiative de votre ami, M. Alain Juppé, d’autres commencent enfin à se mobiliser. Nous attendons beaucoup à cet égard de la création prochaine du « Club d’entreprises Galatasaray ».

Parmi vos autres réalisations, vous fondez avec Suna en 1996 à Antalya l’Institut pour la recherche sur les civilisations méditerranéennes (AKMED) à vocation archéologique, ainsi qu’un musée dans la citadelle. Vous créez également les Parcs Educatifs de la Fondation des Volontaires pour l’Education turque, dont l’un porte le nom de votre père Ali Numan Kıraç.

Enfin en 2003, la « Fondation Suna et İnan Kıraç », à laquelle est associée votre fille İpek, voit le jour. On doit notamment à votre fondation, la création du Musée de Péra à Tepebaşı. Cette superbe réalisation contribue à accroître le lustre d’Istanbul comme métropole culturelle européenne et à assurer aux nouvelles générations les moyens d’accéder à une culture moderne et indépendante.

La Fondation est également active dans le domaine de la santé, notamment celui de la neuro-dégénérescence avec les universités de Harvard et Boğaziçi. Elle a aussi inauguré en 2007 son Institut de recherches sur Byzance, l’Empire ottoman et en particulier la Turquie républicaine.

Comme Atatürk, vous avez fait vôtres les idées des philosophes des lumières. C’est la mise en pratique de cet idéal, comme votre engagement en faveur de l’amitié entre la Turquie et la France, Monsieur le Président, que la France souhaite honorer aujourd’hui.

İnan KIRAÇ,

Au nom du Président de la République, nous vous remettons les insignes de Commandeur dans l’Ordre National de la Légion d’Honneur./.

Dernière modification : 05/07/2012

Haut de page