Réunion du 12ème Comité technique agricole franco-turc [tr]

Le 12ème Comité technique agricole franco-turc s’est réuni à Paris le 16 décembre 2015.

Faisant suite à celle du 4 avril 2014 à Ankara, cette douzième édition à Paris du Comité agricole franco-turc est une étape supplémentaire dans la coopération bilatérale agricole entre nos deux pays.

Ainsi, après avoir tracé une feuille de route institutionnelle marquant le renouveau de nos relations bilatérales en 2012, ce comité a fait le bilan des actions réalisées depuis et pris un certain nombre de décisions qui se veulent opérationnelles pour les années à venir.

La Turquie se réjouit de la tenue à Paris de la conférence COP 21 sur le climat, et annonce qu’elle rejoint l’initiative française "sols à 4 pour 1000 contre l’insécurité alimentaire et pour l’initiative climat" prise à l’occasion de cette conférence. Cette initiative est cohérente avec la feuille de route qui a été tracée à l’occasion de la ministérielle agricole de la présidence turque du G 20, à laquelle la venue de M. Stéphane Le Foll - en juin 2015 à Istanbul - a été très appréciée.

Les services vétérinaires des deux côtés rappellent l’excellence des relations qui se sont nouées en 2014 - 2015, à travers le Service économique, permettant de garantir le maintien des échanges commerciaux malgré des épisodes sanitaires difficiles. Cette coopération a permis de maintenir les achats par la Turquie de broutards d’engraissement - qui ont repris de façon exponentielle en 2015- et pour la première fois de génétique bovine française (Charolais et Limousin).Les services vétérinaires se sont engagés à continuer à travailler à des solutions administratives sanitaires permettant de fluidifier les échanges commerciaux d’animaux.

La partie turque salue l’initiative française qui a été prise en 2014, d’organiser avec l’appui du Service de coopération et d’action culturelle, le premier séminaire scientifique consacré à l’Agroécologie.

Elle remercie la partie française pour son appui administratif et institutionnel à une meilleure utilisation des fonds européens de pré-adhésion IPARD. Elle rappelle que c’est pour bénéficier pleinement de cet appui qu’elle a retenu les deux offres française de jumelage faites en 2015, dont la première dans le domaine vétérinaire.

Sur la base de ce bilan très positif, les deux parties ont décidé de maintenir les axes de coopération qui ont été développés, en particulier :

- de tout faire pour fluidifier les échanges commerciaux, notamment dans le commerce des animaux destinés à la boucherie, à travers la coopération des services vétérinaires ;
- de continuer à coopérer dans le domaine des achats de produits animaux, en particulier ceux soumis à appels d’offre (génétique et peut-être carcasses) ;
- de développer la collaboration dans le domaine des Indications géographiques, à travers la mobilisation de l’Institut national français de l’origine et de la qualité (INAO) et de l’Institut turc des brevets (TPE) afin de promouvoir et garantir la protection des produits du terroir dans chaque pays ;
- d’associer l’Agence française de développement, en tant que de besoin, à des projets de coopération pouvant mobiliser l’expertise française dans les domaines, par exemple, de l’irrigation, du stockage des denrées alimentaires ou encore la tenue de bases de données communes, sur les entreprises par exemple.

Enfin, les décisions du Comité agricole ayant vocation à faciliter concrètement les échanges commerciaux, il a été décidé d’ouvrir la treizième édition aux entreprises, à l’occasion d’un side-event à définir.

Dernière modification : 12/01/2016

Haut de page